Box Argentique – Box Photo, cours et communauté argentique https://boxargentique.fr Apprendre la photo... En argentique ! Thu, 17 Sep 2020 16:19:23 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=5.5.1 https://boxargentique.fr/wp-content/uploads/2018/08/cropped-LOGOTYPE-1-32x32.png Box Argentique – Box Photo, cours et communauté argentique https://boxargentique.fr 32 32 150680908 Un combo qui déchire : Adox SilveraMax 100 et Révélateur SilverMax https://boxargentique.fr/un-combo-qui-dechire-adox-silveramax-100-et-revelateur-silvermax/ https://boxargentique.fr/un-combo-qui-dechire-adox-silveramax-100-et-revelateur-silvermax/#respond Fri, 18 Sep 2020 14:28:00 +0000 https://boxargentique.fr/?p=15441 A chaque fois que j'ai testé des produits de chez Adox, j'ai été déçu. Je retente l'expérience avec le combo pellicule et révélateur SilverMax...

L’article Un combo qui déchire : Adox SilveraMax 100 et Révélateur SilverMax est apparu en premier sur Box Argentique - Box Photo, cours et communauté argentique.

]]>
L’histoire d’Adox est, comme celle de beaucoup de compagnie de film argentique, complexe. Aujourd’hui, la marque Adox appartient à la compagnie Fotoimpex, qui est également l’une des plus grande boutique de film et de produit argentique en Europe (voire, dans le monde)

Situé près de Berlin, l’usine d’Adox a d’abord fonctionner en récupérant des machines de feu Agfa, avant d’acheter de l’équipement à Ilford pour à la fois augmenter ses volumes de production en proposant des produit plus qualitatifs. Au catalogue, quelques références de film, du papier photo, de la chimie (dont le fameux Adonal, une reformulation à l’identique du mythique Rodinal)

J’avais déjà testé certains de leur produit photo (notamment du fixateur, et de l’agent mouillant), sans être réellement convaincu, par rapport à l’offre de la concurrence britannique (Ilford, donc).

Mais tout allait changer avec ce combo développeur et pellicule.

Moi qui aime les noir et blanc contrasté, je suis servi : La dynamique des photos est vraiment très bonne, avec de bon contraste, sans pour autan perdre de nuances de gris et de détails dans les hautes lumières, qui ont été particulièrement bien conservé, surtout étant donné la météo ce jour là. Je suis vraiment impressionné par la dynamique et les nuances des photos.

Je n’avais pas fait de travail particulier sur l’exposition, laissant juste le posemètre du Canon A1 faire son travail, et pourtant, ombre et hautes lumières fourmillent de détails. Comme c’est une pellicule 100 ISO, il y a également très peu de grain, et une excellente définition. Il y a une réelle douceur dans l’image que j’apprécie beaucoup.

En conclusion, j’ai été très agréablement surpris par le rendu des images, et du combo pellicule et développeur SilverMax. Petite précision cependant si tu développes et scanne ton film à la maison, comme beaucoup de film a base de triacétate, le film a se “tordre” ou a “curler” comme on dit en anglais, ce qui peut rendre sa numérisation en scanner à plat. Autre petite précision, la Adox Silvermax peut aussi se développer en procédé inversible, pour avoir des image positive directement, ce que je n’ai pas testé (mais ça viendra, alors abonne toi !)

Ce que j’ai testé par contre, c’est de développer une autre pellicule noir et blanc avec le développeur silvermax, une HP5+ que j’ai shooté dans mon Olympus AF1 pendant mes vacances.

Par rapport aux autres développeurs que j’ai pu utiliser avec la HP5+, soit l’ID11 et le Xtol, j’ai l’impression que le SilverMax récupère un peu plus de haute lumière sur le film et que la dynamique est un poil meilleur, sans que ce soit non plus révolutionnaire.

Je précise que je suis loin d’être un expert en chimie, et de leur influences respective sur le négatif, et qu’il s’agit là d’un avis subjectif et personnel, loin de tout considération ou de comparaison scientifique. Je voulais juste tester, voir ce le rendu sur une pellicule qui n’avait pas été “optimisée” pour ce type particulier de développeur.

Cela fonctionne bien, même si ici, il y a forcément plus de grain sur la HP5+, dû à la pellicule, mais aussi le fait que j’ai utilisé un petit compact, et non un Reflex avec des optiques de meilleur qualité.

Concluons !

Le SilverMax n’est pas la seul pellicule avec son développeur dédié ; Il y a également, chez Kodak, le révélateur Tmax, conçu pour être utiliser de concert avec la gamme de pellicule du même nom. Je pense que la SilverMax est une déclinaison de cette formulation par Adox. Quoi qu’il en soit, le combo fonctionne plutôt très bien pour tes photo pleines de détail, avec une excellente définition et un grain très très fin. Tant qu’a tester la SilverMax, je te conseille vraiment l’achat de la petite bouteille de révélateur dédié, surtout pour du paysage ou de l’architecture en 35mm.

Question prix, la pellicule coûte aujourd’hui environ 6€, et le développeur environ 8€ pour 100ml. Une bouteille de 100ml te permet de développer entre 7 et 10 pellicule de ton choix, selon la dilution a appliquer. Globalement, c’est plutôt économique.

En tout cas, bien convaincu, je referais certainement des photos avec ce combo !

L’article Un combo qui déchire : Adox SilveraMax 100 et Révélateur SilverMax est apparu en premier sur Box Argentique - Box Photo, cours et communauté argentique.

]]>
https://boxargentique.fr/un-combo-qui-dechire-adox-silveramax-100-et-revelateur-silvermax/feed/ 0 15441
3 Pellicule “Créatives” chez LomoGraphy au Pentax 6×7 https://boxargentique.fr/3-pellicule-creatives-chez-lomography-au-pentax-6x7/ https://boxargentique.fr/3-pellicule-creatives-chez-lomography-au-pentax-6x7/#respond Wed, 16 Sep 2020 11:42:51 +0000 https://boxargentique.fr/?p=15413 Cette année, je suis partie en vacances avec, dans mon sac photo, uniquement des pellicule de chez Lomography. Pari risqué ?

L’article 3 Pellicule “Créatives” chez LomoGraphy au Pentax 6×7 est apparu en premier sur Box Argentique - Box Photo, cours et communauté argentique.

]]>
Alors oui, je sais, les vacances sont finies, on est en septembre, mais une des joies de faire ses photos de vacances en argentique c’est de pouvoir les découvrir après les vacances, et de voyager à nouveau en visionnant les images toute fraiches sorties du scanner.

Cette année, j’ai eu la chance de pouvoir partir quelques jours à la mer en juillet, et à la montagne au mois d’août, dans des endroit que je connais plutôt bien, puisque j’y partais déjà étant enfant. Question photo pour le coup, ce n’est pas toujours évident : Je n’aime par partir en vacances uniquement dans le but de faire des photos (c’est mon métier, et j’ai parfois besoin d’un break) et trouver l’inspiration simplement dans des lieux que l’on connait comme sa poche est parfois plus difficile.

Voici pourquoi j’ai pris l’habitude d’emporter avec moi les pellicule de chez Lomography : Cette année, je vide un stock que j’avais fait en décembre, et j’emporte avec moi un pack de Color Negative 400, quelques LomoChrome Purple et ma dernière Lomo Metropolis, le tout en moyen format. J’ai shooté ça au Mamyia 645 à la plage, et au Pentax 6×7 à la montagne (parce que porter un appareil de 2kg en randonnée à 2750 m d’altitude, c’est toujours sympa).

Ce que j’aime avec ces pellicules, notamment la Purple et la Metropolis, c’est qu’elles ont un effet particulier sur les couleurs des photos, qui non seulement oblige à penser un peu différemment, mais qui va aussi transformer le rendu de la scène, et des paysages bien connu, permettant un autre regard sur des endroits familiers.

J’emporte en plus souvent des pellicules plus “classique” en 35mm, a mettre dans un petit point and shoot, moins encombrant que mon Mamyia 645 ou mon Pentax 6×7, pour des photos plus classiques.

Et comme je suis cette année très content des photos que j’ai réalisé avec les pellicule de chez Lomo, je voulais en profiter pour vous présenter les trois références que j’ai utilisés et quelques conseils pour en tirer le max ! Regarde bien jusqu’au bout, les plus belles photos sont à la fin !

La Lomo 400 CN

On commence par la plus “Classique” des pellicules de chez Lomo, avec la 400CN. C’est un film couleur que j’aime beaucoup, et qui l’un des moins chez en moyen format (environ 7€30 le rouleau). Ce n’est pas un film qui transforme les couleurs à proprement parlé, mais qui propose un véritable look argentique “vintage”, avec des couleurs bien saturé, un bon contraste et une dominante assez chaude. En moyen format, et surtout en 6×7 le grain est quasi inexistant, et les couleurs plus vibrante et plus chaude qu’avec un Porta 400, par exemple.

Il faut noter aussi qu’avec l’altitude, la lumière change beaucoup, ce qui explique les variations colorées sur les images… Et puis également, la lumière changeante au fur et à mesure que le jour tombait.

Pour moi c’est un film parfait pour les photos de vacances, l’ambiance me rappelle les clichés que je pouvais prendre quand j’été enfant avec mon petit compact et de la Kodak Gold…

En bref, la Lomo 400 CN c’est une valeur sure, surtout en Moyen Format ou l’économie par rapport à d’autres film est réelle (en comparaison, la Porta 400 en 120 coûte en moyenne une dizaine d’euro à l’unité)

La LomoChrome Metropolis

C’est la dernière né de chez Lomo, que j’avais testé à Lille au début de l’année 2020 : Elle propose un look désaturé, dans l’ambiance “moody” qui est dans la tendance actuelle. Niveau couleur, je trouve que c’est une pellicule qui tire toutes les couleurs vers le vert et le cyan, et qui renforcera les rouge. Connaissance les couleurs des montagnes, je l’avais glissé dans mon sac pour voir ce que cette dynamique particulier donnerait dans les paysages alpins.

Et je n’ai pas été déçu !

Il y a vraiment une ambiance très particulière dans ces images, surtout celles prises par temps couvert. Elles sont presque monochromatique, entre vert et gris, avec des contrastes fort prononcé. Ne manque parfois qu’une belle bouée rouge au milieu des lacs. Le rendu, dans ces paysage, est je trouve assez cinématographique.

J’avais glissé la Metropolis dans mon appareil sans trop savoir à quoi m’attendre : Avec ce genre de pellicule, il me faut quelques rouleaux pour trouver ce qui rend le mieux. Je ne sais pas si Lomo avait prévu les paysages de montagne dans sa liste de recommandations, mais je suis de mon côté très content du résultat, et c’est un pas de plus pour moi dans la compréhension de ce film.

La LomoChrome Purple

On en vient à mon film préféré de toute la gamme Lomography, la Lomochrome Purple. C’est aussi le film avec lequel j’ai le plus d’expérience : Je l’avais shooté également en 35mm l’année dernière.

La LomoChrome Purple donne une teinte entre pourpre et violet à l’ensemble des photo, en supprimant le vert de l’équation chromatique. Prend une photo d’un objet totalement vert à la Purple, il deviendra violet.

C’est sachant cela que j’ai emporté ce rouleau à la montagne, où je savais que la couleur verte serait omniprésente dans le paysage, et l’effet serait donc maximum. L’idée, était de pouvoir reproduire, à moindre coût, le rendu des paysage pris avec la Kodak Aerochome, une pellicule diapositive infrarouge aujourd’hui discontinuée et terriblement difficile à trouver. La LomoChrome Purple est ce qui se rapproche le plus de ce film disparu en terme de rendu.

Je ne vois pas comment le dire autrement, mais je pense que j’ai fait cette année mes plus belles photos avec la Lomochrome Purple. Tous le vert des montagnes s’est couvert de pourpre. En poussant un peu le rouge dans la numerisation, on obtient un violet chaud assez proche (sans être identique non plus) de celui de l’aerochrome. L’eau des lac de montagne ont pris une teinte verte qui contraste avec le violet du paysage. Sans être une copie parfait de l’aerochrome, l’illusion est pour moi suffisante. L’effet est vraiment saisissant, et transforme totalement la vision du paysage, sans avoir a passer par des manipulation logiciels complexes.

La Lomochrome Purple donne ses meilleurs résultat, selon moi, exposé pour 400 ISO, un jour de plein soleil. Plus tu aura de teintes de vert dans ton image, plus l’effet violet sera prononcé. Pour créer du contraste coloré, comme avec les lacs, inclue des éléments aux teintes bleu / bleu gris. dans ton cadre.

Voilà pour mes trois pellicule lomo favorites, et mes photos de vacances.

J’avoue avoir eu quelques doutes au départ en n’important que peu de pellicules “conventionnelles” ou plus versatiles que les Lomo, mais je suis au final très heureux de mon choix. Si je ne suis pas toujours d’accord avec tous les produits de Lomo, ces trois références de films sont parmi mes favorites : Elles offrent quelques chose de différents de pellicules conventionnelles, sans pour autan avoir le côté imprévisible des surimpression des pellicules Revolog. C’est selon moi le juste milieu entre lacher prise et contrôle créatif.

L’article 3 Pellicule “Créatives” chez LomoGraphy au Pentax 6×7 est apparu en premier sur Box Argentique - Box Photo, cours et communauté argentique.

]]>
https://boxargentique.fr/3-pellicule-creatives-chez-lomography-au-pentax-6x7/feed/ 0 15413
Simon – Ilford PanF Plus https://boxargentique.fr/ilford-panf-plus/ https://boxargentique.fr/ilford-panf-plus/#respond Tue, 15 Sep 2020 14:54:52 +0000 https://boxargentique.fr/?p=15274 Première Box pour ma part et cinquième pellicule argentique. Photos réalisées avec un Canon FTb QL, développées en labo et “scannées” avec un Canon 60Da. Une très chouette série, et un beau travail sur les textures. J’aime beaucoup les images des rails et des locomotives ! Bravo ! John DoeCEO

L’article Simon – Ilford PanF Plus est apparu en premier sur Box Argentique - Box Photo, cours et communauté argentique.

]]>
Première Box pour ma part et cinquième pellicule argentique. Photos réalisées avec un Canon FTb QL, développées en labo et “scannées” avec un Canon 60Da.

L’article Simon – Ilford PanF Plus est apparu en premier sur Box Argentique - Box Photo, cours et communauté argentique.

]]>
https://boxargentique.fr/ilford-panf-plus/feed/ 0 15274