Nobody Puts Rebenok on a Corner

Je dois dire, qu’à la présentation de cette pellicule, j’ai tout de suite adorée son contraste naturel. Et n’ayant pas de filtre de couleurs chez moi, je me suis dit, qu’il m’était préférable de m’essayer au défi esthétique.
Je me suis donc appropriée rapidement l’aspect cinématographique du titre et je me suis inspirée de quelques films noirs asiatiques.

Et si je vous disais que Rebenok* n’était pas seul ?

* Bébé en Russe, c’est aussi la dernière pièce dans la Matriochkas.

Artiste Photographe Vivant en Belgique

La Critique de l'équipe

Courte mais chouette série ! Tu as bien intégré ta poupée russe, surtout sur la deuxième image, on dirait son habitat naturel ! L'exposition est bien maitrisée également, et ajouter des éléments aux avant plans a permis de donner du relief à tes images.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.