Partager sur facebook
Partager sur twitter

Filmer en super 8 en 2020

Filmer en Super 8 en 2020, quelle idée saugrenue.... J'étais sensé faire ce projet en 2018, mais il m'aura fallu deux ans pour me motiver à shooter mon premier film super 8...

A propos de l'auteur...

Nous sommes donc en septembre 2020, et je viens de recevoir ma première bobine de film Super 8, celle là même dont je te parlais en 2018 dans ma vidéo d’introduction au Super 8.

La vidéo qui a tout fait basculer

Avant d’aller plus loin , je veux remercier Freddy de Super 8 France, qui m’a proposé la numérisation du film gratuitement, et qui a fait un super boulot, on en reparle en fin de vidéo.

En tournant cette première bobine, j’ai appris pas mal de chose, et fait beaucoup d’erreur.

La première, c’est que j’ai longtemps repoussé le tournage de ce film : Le super 8 étant très coûteux, je voulais absolument avoir quelques chose d’intéressant à tourner, et j’ai longtemps repoussé le projet, craignant de « gâcher du film » pour rien. C’est un défaut que j’ai aussi en photo avec des pellicules plus rare ou coûteuse, que je conserve pour de grandes occasions qui n’arrive jamais… Il aura quand même fallu une pandémie mondiale pour me faire charger ma caméra !

Cela constitue la première erreur : Rappelle toi, la camera que j’ai, une Sankyo 40XL, je l’ai récupérer chez mes grand parent, après qu’elle a passé une quarantaine d’année au placard. Si elle semble en bon état extérieur, et que l’obturateur fonctionne bien en tournant mon film, et en visionnant ensuite les images, je me suis aperçu de plusieurs défaut. Le principal étant que le posemètre et le système de mesure et d’ajustement automatique de l’exposition de fonctionne plus sur cette caméra. Dans les fait, elle est doté d’un mécanisme d’exposition manuel, cela empêche donc pas son fonctionnement, mais cela complique beaucoup la prise en main pour un vidéaste amateur comme moi.

En effet, l’exposition en vidéo ne fonctionne pas exactement comme en photo, ou en vidéo numérique : Sur une camera super 8, on peut régler en général l’ouverture de l’objectif. La sensibilité est bien entendu fixe et dépend du film utilisé. J’avais ces deux informations, mais il me manquait la dernière, pour pouvoir espérer me débrouiller avec mon application lightmeter prévue pour la photo : Quel est la « vitesse d’obturation »entre guillement, ou plutôt l’angle d’obturation, comme on le dit pour la vidéo de ma camera ?

Il y a deux type d’obturateur pour les camera : Les standard, et les « XL » (comme ma Sankyo). Sur une camera non « XL », l’angle d’obturation est de 180°, et la plupart des camera « XL », possède un angle d’obturation plus large, de 220°, qui laisse entrer plus de lumière.

Je me suis donc mis à la recherche de tableau de conversion d’angle d’obturation vers la vitesse d’obturation, et, globalement, un angle d’obturation de 220° correspond à 1/30e de seconde sur ma cellule photo.

Petite note à tous les cinéaste expert, je ne suis pas hyper certains de tout ce vocabulaire et explication, si je fais des erreur, n’hésitez pas à me corriger gentiment en commentaire…

Bref, tout ça pour que tu te rende compte qu’avant même de shooter ma première seconde de film, cette histoire était loin d’être facile.

Je me suis malgré tout aventuré à aller shooter le rouleau, qui, bien évidement, est loin d’être parfaitement exposé. Il ya quelques scène qui le sont, par chance, mais la plus grande partie du film est surexposé, avec quelques bout en sous-ex, du a mon calcul d’exposition hasardeux. Malgré tout, le Kodak 200T est un film négatif, et, comme tout les film couleur négatif de cinéma, il encaisse plutôt bien les variation d’exposition, même de plusieurs stop. Le résultat n’est pas idéal niveau couleur, mais on a malgré tout une image.

Si j’avais tourné avec un film diapo comme la ektachrome, le résultat aurait certainement été de bien moins bonne qualité.

Terminons avec les leçons de cette expérience, quelques conseils, et mes résolutions pour la suite. Voici les trois chose que je dirais au moi de 2018, ou a toute personne voulant s’essayer en 2018 au Super 8 :

  • Bien vérifier le système d’exposition de ta caméra. Fais également attention, toute les camera n’accepter pas les même sensibilités en réglage automatique (en général, 40 et 160 ISO sur les camera entré de gamme), et il faut souvent monter en gamme pour avoir un système exposition automatique compatible avec les films plus récent.
  • C’est inévitable, prépare toi, il faudra faire un rouleau de test, et sacrifier du film pour vérifier que tout dans la caméra fonctionne, surtout si tu veux l’utiliser sur des projets important par la suite.
  • Le super 8, ça coûte cher, très cher, et ça prend du temps.
    • Le film que j’ai shooté coûté environ 35€
    • Pour le développement, je n’ai pas trouvé de labo en France pour le développement. Je suis passé par le site ‘ciné-super8.net’, qui propose des coupons chez différent laboratoire encore en activité. A réception du coupon quelques jours après achat, je glisse mon film et le coupon dans une enveloppe direction le labo Andec Image à Berlin. J’ai reçu la bobine développé environ deux semaine plus tard. Le développement m’a couté 22.80, plus le timbre.
    • La numérisation : Pour un film négatif, impossible de le projeter, la case numérisation est donc obligatoire et coûte entre 25 et 35€ pour une bobine de 15 mètre, selon la résolution. Ici, elle m’a était offerte par Super 8 France.
    On se retrouve au total avec une facture entre 80 et 90€ pour 3m30 de film numérisés. Pour des projets cinéma, pourquoi pas, et encore, je pense qu’il sera plus intéressant de tourner en 16mm, en rapport qualité prix. Mais pour la vidéo amateur, ça revient vite très cher.

De mon côté, et d’un point de vue purement subjectif, j’ai cependant aimé l’expérience de tourner sur pellicule, même si, au vue des coûts, ce n’est pas quelque chose que je ferais tous les jours ! Mais, avant de racheter une bobine de film, je pense qu’il va me falloir racheter une caméra. En effet, je ne me vois pas continuer avec la Sankyo : En plus de l’exposition, j’ai eu beaucoup de mal à faire la mise au point (peut-être le système est endommagé, je ne sais pas). La caméra est aussi très lourde, parce que c’est un modèle avec possibilité d’enregistrer du son synchronisé (sauf que, bien entendu, les bandes super 8 sonore n’existe plus aujourd’hui). Enfin, le compartiment à pile est endommagé, ce qui oblige a utiliser une batterie externe.

Voici donc mon projet pour la suite : racheter une caméra en bon état de marche, afin de pouvoir tester du film positif, comme l’ektachrome, ou la Tri-X.

Rendez vous en 2022 donc…


Voilà, j’espère que cette vidéo et article sur le Super 8 t’aura plu ! Encore une fois un grand merci à Freddy de Super 8 France qui a numérisé ce film gracieusement.

Super 8 France propose, en plus de la numérisation de super 8 récent, la numérisation et restauration de film ancien 8mm, 16mm, mais également de support plus récent comme les VHS. Si tu as de vieux souvenir de famille a faire numériser, c’est vraiment une bonne adresse, il y aura le lien du site internet avec toute les infos en description.

Dans la descprition, tu trouveras aussi d’autres ressources sur le super 8, notamment la chaine de Noah de Analog Ressurgence, en anglais, qui m’a beaucoup appris sur le Super 8 depuis deux ans. Enfin, mes propres réseaux sociaux, la page tipeee de la chaine pour soutenir le tournage de mon prochain film, et le projet Box Argentique !

Moi je te dis à la prochaine, et d’ici là… Bonne photo !

Laisser un commentaire

Reste informé.e (1 mail par mois)

Tous droits réservés - EMGK Photographie - Box Argentique

×

Panier