Partager sur facebook
Partager sur twitter

Un combo qui déchire : Adox SilveraMax 100 et Révélateur SilverMax

A chaque fois que j'ai testé des produits de chez Adox, j'ai été déçu. Je retente l'expérience avec le combo pellicule et révélateur SilverMax...

A propos de l'auteur...

L’histoire d’Adox est, comme celle de beaucoup de compagnie de film argentique, complexe. Aujourd’hui, la marque Adox appartient à la compagnie Fotoimpex, qui est également l’une des plus grande boutique de film et de produit argentique en Europe (voire, dans le monde)

Situé près de Berlin, l’usine d’Adox a d’abord fonctionner en récupérant des machines de feu Agfa, avant d’acheter de l’équipement à Ilford pour à la fois augmenter ses volumes de production en proposant des produit plus qualitatifs. Au catalogue, quelques références de film, du papier photo, de la chimie (dont le fameux Adonal, une reformulation à l’identique du mythique Rodinal)

J’avais déjà testé certains de leur produit photo (notamment du fixateur, et de l’agent mouillant), sans être réellement convaincu, par rapport à l’offre de la concurrence britannique (Ilford, donc).

Mais tout allait changer avec ce combo développeur et pellicule.

Moi qui aime les noir et blanc contrasté, je suis servi : La dynamique des photos est vraiment très bonne, avec de bon contraste, sans pour autan perdre de nuances de gris et de détails dans les hautes lumières, qui ont été particulièrement bien conservé, surtout étant donné la météo ce jour là. Je suis vraiment impressionné par la dynamique et les nuances des photos.

Je n’avais pas fait de travail particulier sur l’exposition, laissant juste le posemètre du Canon A1 faire son travail, et pourtant, ombre et hautes lumières fourmillent de détails. Comme c’est une pellicule 100 ISO, il y a également très peu de grain, et une excellente définition. Il y a une réelle douceur dans l’image que j’apprécie beaucoup.

En conclusion, j’ai été très agréablement surpris par le rendu des images, et du combo pellicule et développeur SilverMax. Petite précision cependant si tu développes et scanne ton film à la maison, comme beaucoup de film a base de triacétate, le film a se « tordre » ou a « curler » comme on dit en anglais, ce qui peut rendre sa numérisation en scanner à plat. Autre petite précision, la Adox Silvermax peut aussi se développer en procédé inversible, pour avoir des image positive directement, ce que je n’ai pas testé (mais ça viendra, alors abonne toi !)

Ce que j’ai testé par contre, c’est de développer une autre pellicule noir et blanc avec le développeur silvermax, une HP5+ que j’ai shooté dans mon Olympus AF1 pendant mes vacances.

Par rapport aux autres développeurs que j’ai pu utiliser avec la HP5+, soit l’ID11 et le Xtol, j’ai l’impression que le SilverMax récupère un peu plus de haute lumière sur le film et que la dynamique est un poil meilleur, sans que ce soit non plus révolutionnaire.

Je précise que je suis loin d’être un expert en chimie, et de leur influences respective sur le négatif, et qu’il s’agit là d’un avis subjectif et personnel, loin de tout considération ou de comparaison scientifique. Je voulais juste tester, voir ce le rendu sur une pellicule qui n’avait pas été « optimisée » pour ce type particulier de développeur.

Cela fonctionne bien, même si ici, il y a forcément plus de grain sur la HP5+, dû à la pellicule, mais aussi le fait que j’ai utilisé un petit compact, et non un Reflex avec des optiques de meilleur qualité.

Concluons !

Le SilverMax n’est pas la seul pellicule avec son développeur dédié ; Il y a également, chez Kodak, le révélateur Tmax, conçu pour être utiliser de concert avec la gamme de pellicule du même nom. Je pense que la SilverMax est une déclinaison de cette formulation par Adox. Quoi qu’il en soit, le combo fonctionne plutôt très bien pour tes photo pleines de détail, avec une excellente définition et un grain très très fin. Tant qu’a tester la SilverMax, je te conseille vraiment l’achat de la petite bouteille de révélateur dédié, surtout pour du paysage ou de l’architecture en 35mm.

Question prix, la pellicule coûte aujourd’hui environ 6€, et le développeur environ 8€ pour 100ml. Une bouteille de 100ml te permet de développer entre 7 et 10 pellicule de ton choix, selon la dilution a appliquer. Globalement, c’est plutôt économique.

En tout cas, bien convaincu, je referais certainement des photos avec ce combo !

Laisser un commentaire

Reste informé.e (1 mail par mois)

Tous droits réservés - EMGK Photographie - Box Argentique

×

Panier